Jimmy Hunt : Escapade romantique… en motocross

On a entendu pour la première fois la voix de Jimmy Hunt au sein du projet Chocolat. On l’a ensuite reconnue sur le duo Pour un infidèle, en compagnie de Cœur de Pirate. Aujourd’hui, c’est en solo qu’elle résonne, alors qu’il lance son tout premier album. On y découvre un rockeur… d’une grande sensibilité.

Nous sommes en fait bien loin du folk-rock garage de Chocolat et de l’attitude je-m’en-foutiste qui l’accompagnait. Ici, Hunt revient à un folk plus traditionnel livré avec une étonnante finesse.

«L’album de Chocolat était annonciateur de mon projet dans le ton, mais sans plus. Les arrangements et l’enrobage sont très différents. Cette fois, j’avais un réalisateur. Avec Chocolat, on enregistrait pratiquement tout de façon live», indique-t-il.

Ce réalisateur, c’est Martin Chouinard, également musicien accompagnateur sur ce projet. Son fait d’armes aura certainement été de proposer une enveloppe sonore riche, sans pour autant anéantir les bases folk établies par l’artiste qui mène le tout avec guitare acoustique et harmonica.

«C’est pour ça que j’aime bien travailler avec Martin. Il sait respecter les bases. Sa façon de faire, c’est que là où il trouve qu’il y a redondance, il amène un petit élément de relance. Il ne commence pas à dessiner un nouveau panorama, ça ne devient pas sa toune. Il sait se dissimuler derrière la chanson», louange l’auteur-compositeur-interprète.

Éviter les clichés

Comme c’est le cas pour bien des artistes qui passent de l’aventure d’un collectif à celle de chanteur solo, Jimmy Hunt en profite pour livrer davantage ses états d’âme. Mais là où il se démarque de ses pairs, c’est dans sa capacité à éviter tout cliché.

Bien oui, il est question d’amour, de désir de s’évader avec sa douce. Mais cette escapade, il propose de l’effectuer en motocross, moyen de transport pas très romantique à première vue.

«Dans mon enfance, mes frères faisaient du motocross. Ils étaient comme des héros. Mais il est vrai que l’image en général du motocross est plutôt vulgaire et macho», avoue-t-il.

«Avec Chocolat, il y avait parfois des moments de censure dans mes textes et des sujets que je n’osais pas trop développer. Quelqu’un qui regarde le tout de l’extérieur aujourd’hui peut trouver quelque chose de charmant, un peu comme lorsque Nick Cave s’est mis à faire des ballades. C’est vrai qu’avec Chocolat, c’était un peu plus rock’n’roll!», poursuit-il.

Justement, cette nouvelle aventure en solitaire signifie-t-elle la fin de Chocolat?

«C’est comme si on ne laissait pas mourir la bête. Chaque fois qu’elle est sur le bord de mourir, on lui donne un peu à manger. Mais on ne veut surtout pas jouer au band qui a eu un semi-succès populaire et qui tente des retours juste pour faire parler. Et je ne suis pas sûr que nos chansons vont avoir bien vieilli dans dix ans. Il reste qu’on aime vraiment faire de la musique ensemble et que c’est certain qu’on va se recroiser», confie-t-il.

Pour l’instant cependant, toutes ses énergies seront mises sur la promotion de son disque éponyme.

«J’ai déjà une dizaine de dates de bookées pour l’automne et ça va se poursuivre après les fêtes et à l’été», annonce celui qui montera sur les planches de la Sala Rossa jeudi soir prochain dans le cadre d’un concert de lancement.

 

Publicités
  1. 16 octobre 2010
    Trackback from : Twitted by prenault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :