Sein noir Sein blanc – Sunny Duval s’inspire de la belle époque

Vous pouvez également lire ce texte sur RueFrontenac.com.

Écrit par Philippe Renault

Pour concocter son deuxième effort solo Sein noir Sein blanc, Sunny Duval est allé piger dans ses influences de la belle époque du rock’n roll, du country et du doo-wop. En résulte un album qui nage dans la bonne humeur, bien loin du rock corrosif d’Achigan. Parfait pour amorcer la saison estivale!

«J’ai ramassé beaucoup de vinyles dans des bazars et la plupart étaient de vieux albums country et rock’n roll des années 1940 et 1950. C’était l’âge d’or de ces musiques et j’aime le son spécial qui s’en dégage», mentionne Duval pour expliquer sa nouvelle direction artistique.

En réalité, celui qu’on surnomme le guitare héros de la scène underground montréalaise a toujours été entiché de la musique des précurseurs du rock. Il l’exprimait juste autrement.

«Avec Les Breastfeeders, c’est un autre style plus garage et punk, mais on retrouve les mêmes bases. Je voulais juste me rapprocher encore plus de mes racines», résume le chanteur et guitariste.

Il ne faudrait surtout pas croire que Sein noir Sein blanc représente la ligne à suivre pour l’avenir de la carrière solo de Sunny Duval. Après être revenu à ses racines, il désire explorer. Faut bien tirer pleinement profit de son indépendance artistique!

«Je travaille beaucoup comme DJ depuis quelque temps. J’ai l’intention de faire un album dance, plus synthétique. Puis je voudrais aussi enregistrer un disque de crooner!», lâche celui qui a pu compter sur les collaborations vocales de Damien Robitaille, Felicity Hamer (United Steel Workers of Montreal), Isabelle LeDoussal (Prototypes), Tony Truant (Les Wampas) et plusieurs autres pour son nouvel opus.

Partager son temps

Maintenant Sein noir Sein blanc terminé, Duval est prêt à trimbaler ses nouveaux titres sur les scènes du Québec. Il devra toutefois composer avec un horaire chargé, puisque Les Breastfeeders préparent aussi une nouvelle sortie pour l’automne.

«J’espère réussir à tourner! J’ai toujours eu plusieurs groupes à la fois et je sais que ce n’est pas impossible de faire les deux en même temps. Jusqu’à maintenant, j’ai six shows de prévus. Je ne veux surtout pas que mon disque solo soit perçu comme un side-project aux Breastfeeders. C’est pour ça que je ne suis pas avec la même compagnie.

«J’ai toujours joué seul et je vais continuer à faire des albums solo par moi-même», assure Duval, qui soulignera son lancement jeudi prochain au Club Lambi à l’occasion d’un 5 à 7 avec performance.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :