Le Husky trouve refuge dans La Fuite

Vous pouvez également lire cette entrevue sur RueFrontenac.com.

Écrit par Philippe Renault

Le Husky est de retour avec son second album. Beaucoup moins mélancolique que dans Chanson moderne pour cyniques romantiques, il a cette fois trouvé refuge dans La Fuite.

Il n’a pas été facile pour le jeune homme de se remettre au boulot après avoir laissé une belle impression avec sa première œuvre, dans laquelle l’on retrouvait des textes profondément dramatiques. Il fallait dénicher de nouvelles inspirations, comme s’il avait déjà tout vidé son sac d’émotions.

« J’ai dit tout ce que j’avais à dire. J’ai résumé les dix dernières années de ma vie en 40 minutes. Il aurait fallu que je revive des choses tout aussi intenses, ce qui ne me tentait ! » lâche-t-il, attablé à une terrasse de la rue Saint-Denis à la veille du lancement de La Fuite.


« Je me suis donc questionné sur ce que j’allais faire et je me suis mis à cherché un thème pour savoir quelle direction prendre. Au début, je reprenais des vieilles affaires qui sonnaient trop comme le premier album, souligne celui qui se nomme en réalité Yannick Duguay. Je me suis ensuite inspiré du thème du Phénix. J’ai l’idée de la renaissance. J’avais le titre et la pochette en tête quand je me suis rendu compte que ce thème n’était pas étendu à tout l’album. C’est resté une chanson.

« Puis, j’ai remarqué que la fuite revenait presque tout le temps. Ce qui est intéressant, c’est que ce n’est pas super-positif sans être super-négatif. On peut fuir une situation dégueulasse et rencontrer l’amour de sa vie la semaine suivante. »

Toujours sombre

Le Husky offre ainsi une écriture moins pessimiste, mais d’un autre côté, on a l’impression que le côté sombre de ses compositions s’est transposé dans sa musique.

« J’ai toujours écouté de la pop sombre, comme Nin Inch Nails, Portishead et The Cure. Aussi, le réalisateur Vincent Blain (leader du groupe L’Indice) est assez sombre lui-même dans ses sonorités. Je lui ai donné carte blanche tout en le surveillant par-dessus son épaule. Je voulais être surpris. C’est bien parce que ça m’a permis de faire une coupure, tout comme je l’ai fait avec mes textes », mentionne l’artiste.

Justement, concernant ses textes, le fait de compter sur l’apport de collaborateurs tels Alexandre Champigny, Alexandre Belliard, Christine Zufferey et Marie-Hélène Poitras lui a permis de donner un nouveau souffle à sa plume.

« Ça m’a fait débloquer sur le plan créatif. C’est bien parce que je revenais souvent aux mêmes idées et obsessions. C’est le fun d’aborder d’autres thèmes avant d’adapter les mots pour soi. Le but reste toutefois que je demeure le boss afin de faire en sorte que ma signature demeure présente », considère-t-il.

Résidences créatives

De toute évidence, Le Husky a pris goût aux collaborations. Tout a débuté l’année dernière lorsqu’il a pris part à la résidence de création du Festival international de la chanson de Granby. Il y a notamment fait la rencontre d’Alexandre Belliard et de Pascal Dufour avec qui il a l’intention de répéter l’expérience.

« On veut fonder notre propre résidence, à L’Isle-Verte, près de Trois-Pistoles. La première aura lieu à la fin mai avec Guy-Philippe Wells, Dany Placard et Domlebo. J’aimerais le faire deux fois par année. Ça permet de rencontrer d’autres musiciens. Ce n’est pas facile, dans notre industrie. Seulement une minorité d’artistes vend beaucoup de disques et, souvent, ce n’est pas facile d’attirer le monde en région. On a intérêt à se regrouper et à échanger au lieu de vivre ça individuellement », évoque-t-il.

Le Husky et ses comparses organisent d’ailleurs une soirée-bénéfice le 16 mai au Quai des brumes afin de financer cette initiative qui pourrait avoir lieu deux fois par année.

Il offrira également quelques représentations au Québec au cours des prochaines semaines, avant de se produire deux soirs lors des prochaines FrancoFolies, en première partie de Tricot Machine.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :