Radio Radio – Loin des clichés

J’ai réalisé une entrevue assez colorée merci, la semaine dernière avec Radio Radio. Je n’avais encore jamais interviewé ces Acadiens avant cette rencontre dans un café d’Outremont, pour RueFrontenac.com. Je ne savais pas à quoi m’attendre.

J’avoue avoir été un peu déstabilisé au départ, non seulement par leur accent et leur chiac (ils parlent vraiment comme ils chantent!), mais aussi par leur humour absurde et pince-sans-rire. Ils sont loin des artistes blasés qui se contentent de répéter le même discours entrevue après entrevue et ça fait du bien!

Voici donc le résultat de cette drôle de rencontre, que vous pouvez retrouver sur Rue Frontenac.

Photo courtoisie Richmond Lam

Photo: courtoisie Richmond Lam

Écrit par Philippe Renault

L’inimitable formation Radio Radio est de retour. Malgré le départ de Timo, elle a su faire le plein d’idées afin de revenir avec Belmundo Regal.

En effet, ce second album complet contient une impressionnante palette de sonorités, qui s’éloigne du hip hop aux accompagnements strictement électro de Cliché Hot. Le choeur et les cuivres qui propulsent le premier morceau du disque, Cargué dans ma chaise, donnent le ton à cette nouvelle ouverture musicale.

Il est vrai que le trio maintenant formé d’Alexandre Arthur Bilodeau, Jacques Alphonse Doucet et Gabriel Louis Bernard Malenfant se devait d’élargir ses horizons, maintenant que les mélomanes ont assimilé son coloré langage acadien appelé chiac, qui mélange sans retenue anglais et français.

« Dès le début, c’était clair qu’on allait chanter comme ça. Il n’y avait rien de forcé », soutient Gabriel.

Ça, on n’en doute pas. Même en entrevue, la concentration est de mise pour saisir chacune des phrases des artistes ! Mais pour les besoins de la cause, le journaliste s’est permis de ramener les citations au français.

« Mais un moment donné, le public peut s’attendre à autre chose », ajoute-t-il.

C’est ainsi que les gars ont humanisé l’instrumentation de leur oeuvre, dont le titre a été inspiré d’une rencontre avec un étranger nommé Belmundo qu’ils ont rencontré l’année dernière en Nouvelle-Écosse. « Nous avons tout d’abord fait les sections de cuivres aux claviers, avant de les donner à du monde pour les transposer. Nous avions auparavant une approche qui faisait appel aux échantillonnages et à l’électro. Là, c’est la même chose, sauf qu’on a fait appel à des humains au lieu des machines. On a créé un univers sonore humain », résume Alexandre.

À ce sujet, notons également la contribution du chanteur et guitariste Kim-Ho (Creature) et du percussionniste Julien Sagot (Karkwa).

Côté thématiques aussi, on remarque un changement de ton. « Sur Cliché Hot, on parlait beaucoup du star system mais là, il y a d’autres histoires », souligne Alexandre. « On a mis plus l’accent sur les thèmes, qui ont parfois un côté social ou sensible », renchérit Jacques.

Partir à la dérive

L’objectif de Radio Radio pour les prochains mois ? Partir à la dérive et transporter son art partout où on voudra bien les accueillir.

Après le spectacle de lancement le 4 mars au Cabaret La Tulipe, le groupe se produira au grand rassemblement South by Southwest au Texas, se pointera le bout du nez dans les Maritimes et prendra part au festival Lafayette en Louisiane.

« On veut développer notre public anglophone, sans toutefois oublier les francophones », affirme à ce sujet Alexandre Arthur Bilodeau.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :